Lecture de 4 mn

Vous vous battez comme vous vous entraînez.

George S. Patton Jr

Lorsque je faisais de la compétition virtuelle de haut niveau de combat sur des avions de la Deuxième Guerre mondiale, mon escouade avait une devise, dérivée de la citation de Patton.

Train like you fight and fight like you train : entraîne-toi comme tu combats et combats comme tu t’entraînes.

Notre devise

L’entrainement se déroulait sur 2 axes.

  • S’entrainer dans la zone d’évolution de l’avion : comme chaque avion a ses spécificités, ses forces et ses faiblesses, l’idée était de s’entrainer pour une réalité du terrain adaptée à son avion, là où il sera le plus efficace. Un bon pilote savait rester dans la zone de compétence de son avion tout en emmenant celui de l’adversaire dans sa zone d’incompétence.
  • S’entrainer à développer ses compétences de pilote : trouver ses forces et ses faiblesses, capitaliser sur les forces et s’entrainer pour améliorer ses faiblesses.

Ce sont deux intentions différentes, deux façons de s’entrainer opposées. La première fait travailler la connaissance de l’avion, la seconde fait travailler les compétences de combat aérien, les techniques et les mécanismes.

Dans la vie, c’est la même chose.

Progresser, évoluer, réussir c’est travailler sur deux axes :

  • La connaissance de soi, de sa zone de génie, de ses forces et de ses faiblesses et de s’entrainer dans cette zone de compétence et d’efficacité. C’est là que beaucoup de gens ont des problèmes, ils travaillent en dehors de cette zone, de ce qu’ils sont, et concluent qu’ils sont nuls.
  • Développer les compétences nécessaires pour réussir.

Il s’agit de pratiquer ce qui est dans notre zone de génie, tout en développant ses compétences.

Ça a peut-être l’air évident, mais beaucoup de gens ne le font pas.

Beaucoup de gens tombent dans les pièges de la procrastination active en travaillant ce qu’ils aiment, parce que c’est plus facile.

Cela porte un nom : la voie de la moindre résistance.

Notre cerveau va choisir le chemin du moindre effort.

La clé pour éviter ce piège est de comprendre la résistance.

Pour beaucoup, la résistance serait un signe qu’ils ne sont pas sur la bonne voie ou qu’ils sont nuls, pas assez biens, qu’ils ne méritent pas et qu’ils n’y arriveront jamais.

Ils vont donc chercher à travailler sur eux et tombent dans les pièges du bien-être.

Si c’est parfois nécessaire de faire ce travail, je constate que le problème est bien plus souvent une mauvaise compréhension de ce qu’est la résistance.

Si ça résiste parce qu’on cherche à évoluer en dehors de ce qu’on est vraiment, de sa zone de génie, de nos traits de caractère, de notre personnalité, de ce qui nous met en joie et nous fait vibrer de faire au quotidien, la résistance est un signal.

Elle nous dit qu’on n’est pas au bon endroit et qu’on doit probablement se réaligner, accepter ce qu’on est ou le découvrir.

Cette résistance, c’est celle qu’on retrouve dans les crises de la quarantaine, c’est celle qui nous fait tout plaquer pour nous lancer dans ce qui nous tient à cœur.

C’est celle qui se déguise en peur. Celle qui nous fait croire qu’on n’y arrivera pas. Au lieu de s’aligner sur ce qui nous met en Joie, d’avoir la foi, on va choisir de fuir.

On va choisir de rester dans la voie de la moindre résistance.

Quand la résistance exprime un travail sur les compétences, elle est normale, aucune compétence ne vient sans travail, sans difficulté, sans erreurs. C’est normal. C’est le processus. Il s’agit de réussir à reconnaître cette résistance comme le signe qu’un muscle est en train de se former. C’est le signe du progrès.

La résistance est un signal.

La résistance veut exister, se faire entendre, elle se bat.

La différence entre l’amateur et le professionnel est dans la compréhension et l’acceptation de la résistance.

Comme le livre de Steven Pressfield, « The War of Art » n’est pas traduit, je vous partage et commente quelques passages qui m’ont aidé.

La plupart d’entre nous avons deux vies. La vie que nous vivons et la vie non vécue qui est en nous.

Entre les deux se trouve la Résistance.

Le danger est plus grand quand la ligne d’arrivée est en vue. À ce moment-là, la Résistance sait que nous sommes sur le point de la battre. Elle appuie sur le bouton de panique. Elle prépare un dernier assaut et nous frappe avec tout ce qu’elle a.

Steven Pressfield

Celle qu’évoque Steven Pressfield est la résistance qui exprime notre peur de la lumière, notre peur de réussir, notre peur de nous trouver vraiment. Elle lutte pour continuer à exister, elle a peur de disparaître.

Parfois, il suffit de lui parler et de lui faire une place différente. Que l’ennemi devienne un ami, de lui laisser la place d’exister, de lui promettre qu’elle pourra revenir quand elle veut, qu’on aura toujours des doutes et des peurs.

C’est un enfant en manque d’attention, pas un démon assoiffé de sang.

Les fantasmes grandioses sont un symptôme de la Résistance. C’est le signe d’un amateur. Le professionnel a appris que le succès, comme le bonheur, est un sous-produit du travail. Le professionnel se concentre sur son travail et laisse les récompenses venir ou ne pas venir, comme il l’entend.

Steven Pressfield

C’est la résistance qui s’exprime quand on se focalise sur les résultats et pas le processus. C’est celle qui nait d’objectifs trop lointains au lieu de systèmes efficaces au quotidien.

L’amateur croit qu’il doit d’abord surmonter sa peur ; ensuite, il peut faire son travail. Le professionnel sait que la peur ne peut jamais être surmontée. Il sait qu’il n’existe pas de guerrier sans peur ni d’artiste sans crainte.

Steven Pressfield

C’est la résistance des pièges des milieux du bien-être et du travail sur soi. Croire qu’on peut faire partir la peur et les doutes.

Ceux qui n’ont pas peur n’ont pas travaillé sur eux, ils ne tentent juste pas assez de choses.

Montrez-vous, et l’univers travaillera avec vous.

Parce que lorsque nous nous asseyons jour après jour et que nous continuons à travailler, quelque chose de mystérieux commence à se produire.

Un processus s’enclenche et, inévitablement et infailliblement, le ciel nous vient en aide. Des forces invisibles se rallient à notre cause ; la sérendipité renforce notre objectif.

Steven Pressfield

Ça s’appelle avoir la Foi.

À lire aussi

À propos de Laurent Bertin


Ancien directeur informatique dans une grande banque française, j’ai tout quitté du jour au lendemain pour devenir praticien en hypnose. J’ai développé mon cabinet, suis devenu formateur, co-directeur d’un grande centre de formation pour tout quitter à nouveau et vivre de mon activité grâce à Internet.

Aujourd'hui, je vous apprend à gagner plus, travailler moins (et mieux) et à profiter de la vie en créant votre marque personnelle pour devenir une autorité dans votre domaine.