Lecture de 4 mn

Ce qui nous entoure nous influence plus qu’on ne le croit

Ce qui nous entoure nous influence plus qu’on ne le croit

Quand je joue aux jeux vidéos, je joue toujours aux jeux en ligne, avec une communauté et des gens à qui parler.

Dans ce monde, je suis souvent parmi les « vieux ». L’âge ayant mis un sacré coup à mes réflexes, quand je fais des erreurs on m’excuse souvent en me disant « Normal t’es un Boomer » en référence au baby-boom. J’adore ça, ça me challenge et me tire vers le haut.

Je joue avec des gens qui ont l’âge de mes enfants. La plupart jouent comme moi plus de 10 heures par jour, ce qui est commun chez les gros joueurs.

J’y suis peu bavard, j’aime écouter les autres raconter leurs histoires et refaire le monde.

Un jour, nous n’étions que 3 sur le canal. Un autre « vieux » dans le même genre que moi et un jeune de 24 ans qui s’était mis à nous raconter sa vie.

Il était au chômage, avait eu des pensées suicidaires et était suivi sans que ça ne lui apporte grand-chose. On avait pris le temps d’échanger avec lui et on était devenus potes de jeu. On jouait presque tout le temps tous les 3.

La façon dont on se comporte dans un jeu raconte beaucoup de choses sur nous.

Le jeu servait par moments de surface projective thérapeutique et de soutien moral. On discutait avec lui de ses comportements, de son leadership et de ses capacités d’apprentissage. C’était un des meilleurs joueurs de la communauté avec d’excellentes capacités intellectuelles. J’ai toujours trouvé les jeux géniaux pour mettre les qualités des uns et des autres en avant.

3 mois plus tard, il nous remerciait.

« Grâce à nous », il allait mieux, avait retrouvé du travail et arrêtait le jeu pour continuer de reprendre sa vie en main.

Il avait osé couper des ponts avec d’autres joueurs et changer son entourage.


Vous êtes la moyenne des cinq personnes avec lesquelles vous passez le plus de temps.

Jim Rohn

Et « Dis-moi de qui tu t’entoures et je te dirai qui tu es » que j’utilise dans ma conférence sont des adages assez connus.

L’intention est toujours la même : faire attention à l’influence de l’entourage pour s’assurer qu’on passe du temps avec des personnes qui sont en phase avec ce qu’on veut faire de notre vie.

C’est provocant et convaincant.

Mais ça n’est pas exact.

C’est bien pire que ça.

Nicholas Christakis et James Fowler ont analysé les effets des proches sur l’obésité.

  • Si l’un de vos amis devient obèse, vous êtes vous-même 45 % plus susceptible que la moyenne de prendre du poids au cours des deux à quatre années suivantes.
  • Si l’ami d’un ami devient obèse, votre probabilité de prendre du poids augmente d’environ 20 % – même si vous ne le connaissez pas.
  • Si l’ami de l’ami de votre ami devient obèse, vous avez encore 10 % de chances de plus de prendre du poids.

Vos amis vous font grossir, mais leurs amis aussi, et les amis de leurs amis aussi.

Si cela paraît étrange, la raison est assez simple.

Ce qu’on perçoit d’acceptable dans la société change, et cela impacte nos comportements.

C’est souvent une bonne chose, car c’est ce qui fait qu’on évolue en mieux sur les questions de sociétés, comme le racisme par exemple.

Si on peut être vigilants quand il s’agit des fréquentations et de ce que regardent nos enfants, on peut vite oublier de faire attention aux nôtres.

Cette influence s’étend bien au-delà de l’entourage. Elle s’étend à ce qu’on consomme comme informations et contenus.

Dis-moi ce que tu consommes comme contenus et je te dirai qui tu es

Cette influence déforme la perception de nos valeurs et notre quête de sens.

Si vous êtes entouré – virtuellement ou non – d’entrepreneurs, vous pourriez finir par penser que le sens de la vie est d’avoir le plus grand impact sur le monde et devenir riche en le faisant.

Si vous êtes entouré d’universitaires, vous pourriez croire que cela signifie faire des recherches et des expériences pour faire progresser la vérité.

Si vous êtes entouré de fans de développement personnel, vous pourriez croire que cela signifie qu’il faut s’améliorer sans cesse et chercher à devenir la meilleure version de soi-même.

Si vous êtes entouré de joueurs de jeux vidéos qui pensent que le système c’est de la merde et qu’il vaut mieux fuir dans un jeu, vous pourriez penser que rien ne peut vous aider et que la vie ne mérite pas d’être vécue.

Si vous êtes entouré de gens qui traînent sur Tik Tok toute la journée à regarder des vidéos amusantes, vous pourriez penser que la vie c’est ne pas se prendre la tête, faire son travail tranquille et rigoler.

Connaissez-vous l’impact de ce qui vous entoure sur votre perception de la réussite ? Sur la valeur que vous vous donnez ?

Ça n’est pas ce qu’on fait qui compte, c’est ce qui est communiqué en le faisant qui compte. Mais peu de gens y font attention.

Mon expérience passée – caricaturée – ressemble un peu à ça :

  • Entouré d’informaticiens, ma vie consistait à bosser sur des ordinateurs et à jouer aux jeux vidéos le soir.
  • Entouré de formateurs en Hypnose ma vie consistait à lire plein de bouquins et à voir ce qui n’allait pas chez les gens.

La solitude a du bon parfois, elle permet de prendre le temps de se retrouver pour savoir ce qu’on veut faire de ce qu’on est.

L’entourage et ce qu’on consomme influencent le sens qu’on donne à la vie, et il n’est pas toujours en phase avec ce qu’on est.

Est-ce que votre cercle social et vos centres d’intérêt vous ont amené à surévaluer certaines définitions du but et du sens de la vie ? Quel est vraiment le vôtre ?

Si l’influence extérieure peut nous piéger sans qu’on s’en rende compte, on peut aussi l’utiliser à notre service.

On peut choisir de consommer plus de contenus qui nous rapprochent de ce qu’on souhaite :

  • Si je consomme des contenus sur la musculation, le fitness et la santé, je fais plus attention à moi et j’ai plus envie de faire du sport.
  • Si je consomme des contenus de personnes qui passent à l’action et osent faire le choses, j’ose plus.

On peut choisir de rencontrer plus de personnes qui ressemblent à ce qu’on veut devenir.

C’est la force des communautés et des programmes de groupes. Mais c’est aussi leur inconvénient.

L’influence extérieure est inévitable et elle a aussi du bon.

Il faut sans doute régulièrement porter une attention sur cette influence extérieure pour en éviter les pièges et les excès.

Filtrer ce qu’on lit et consomme. L’influence est énorme.

Et parfois, oser faire le tri autour de nous.

Mais si je parle ici d’influence extérieure, je vous laisse imaginer l’impact de l’influence intérieure, des croyances et injonctions des personnages de notre passé, toujours présents…

J’en parle dans ma conférence.

Mais beaucoup de gens en thérapie / dev. perso. cherchent à voir ce qui va pas en eux avant de s’inquiéter de ce qu’ils consomment et de leur environnement physique (matériel et affectif).

Beaucoup de problèmes sont résolus en faisant gaffe à ce qui nous influence.

À lire aussi

Abonnez-vous à mes articles : cliquez ici

Rejoignez mon canal Telegram pour plus de contenu gratuit : cliquez ici